Relecture de la charte des partis politiques : le COCPJF réclame plus des quotas pour les jeunes et les femmes

0

Pour avoir plus de représentativité des jeunes et des femmes dans la chaîne politique, le Consortium des organisations civiques et politiques de jeunes et de femmes ( COCPJF ) a organisé un atelier d’échange et de proposition sur les pistes de relecture de la Charte des partis politique du 01 août au 31 septembre 2022, à l’hôtel Salam. La cérémonie d’ouverture a été présidée par la représentante régionale du NIMD Sahel, Célia d’ALMEIDA, en présence du président du RIPPM-COCPJF, Mamadou Sansi BAH.

Dans son discours liminaire, la représentante du NIMD Sahel, Celia d’ALMEIDA a d’abord indiqué que le rôle des partis politiques est sérieusement contesté. Elle a aussi ajouté que les jeunes et les femmes doivent être présents qualitativement sur le champ politique. Par ailleurs, le président du RIPPM-COCPJF, Mamadou Sansi BAH a rappelé qu’il y a de cela une semaine, le consortium était réuni dans le même hôtel pour le lancement de l’atelier de Planification Stratégique du Plaidoyer pour l’obtention d’une loi octroyant 40 % de postes électifs et nominatifs aux jeunes. C’est dans la suite logique du renforcement en connaissance et en compétence des membres du Consortium des organisations civiques et politiques de jeunes et de femmes ( COCPIF ) que les deux jours de cet atelier d’échange et de proposition sur les pistes de relecture de la Charte des partis politiques du Mali a été initié. Pour lui, le Mali est l’un des pays africains où les partis politiques constituent l’organisation la mieux appropriée pour la conquête et l’exercice du pouvoir. Mais, il a déploré que malgré que ces partis politiques aient un rôle important dans l’équilibre, le fonctionnement de l’État et la consolidation de la démocratie, le bilan reste mitigé. Il a indiqué qu’aucune société, aucun pays, aucune nation moderne ne peut durablement se développer sans une réelle implication des jeunes et des femmes, d’où l’impérieuse nécessité de la prise en compte de ces deux couches sociales dans les réformes engagées par les plus hautes autorités, particulièrement lors de la relecture de la charte des partis politiques. À cela s’ajoute, la relégation des jeunes et des femmes au statut de mobilisateurs au sein des partis politiques. Le président Sani BAH n’a pas manqué de remercier le NIMD et l’ensemble des bailleurs pour leur accompagnement et appui constant à l’endroit des jeunes et des femmes dans leurs différentes actions de plaidoyer pour une meilleure représentativité au niveau décisionnel. C’est pourquoi, le COCPJE veut conjuguer ses efforts avec ceux d’autres organisations de jeunesse, afin d’engendrer une synergie d’action pour pouvoir rehausser le nombre de jeunes et femmes élus lors des prochaines élections. L’objectif visé est de cerner les pistes de relecture de la Charte des partis politiques, avoir une idée sur les propositions de réformes de la Charte des partis politiques, identifier les insuffisances, entraves et opportunités liées à la réforme de la Charte des partis politiques et déterminer les modalités de mise en œuvre des réformes identifiées.

Falaye Sissoko /Canarddechaine.com

Partager.