Choguel à l’intérieur du pays : un bon départ !

0

Le weekend dernier, le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a séjourné dans les régions de Bougouni, Sikasso et Koutiala. L’objet de cette visite, selon le chef du Gouvernement, était de s’imprégner des préoccupions des paysans et recueillir leurs attentes des autorités de la transition et y apporter des solutions appropriées pour une meilleure saison agricole.

« J’ai vu des exploitations agricoles prometteuses à Douna Ouna qui présagent de bonnes récoltes. J’ai vu des installations de la chaîne de valeurs avec une plate-forme de fruits et légumes d’une capacité de 6000 tonnes. Toutes choses qui illustrent la capacité des acteurs à réussir la refondation du Mali, à condition bien entendu, qu’ils soient soutenus et accompagnés », a déclaré Choguel à la fin de sa visite.

Il faut le dire, au-delà de son caractère politique, cette visite peut aussi avoir un impact positif pour le secteur agricole au Mali. Parce qu’en réalité, les paysans n’attendent aujourd’hui que le soutien des autorités pour maintenir l’agriculture au rang des plus grands piliers de l’économie nationale. Considéré comme le grenier du Mali (Sikasso) et la capitale de l’or blanc (Koutiala), ces deux régions comme d’autres encore méritent obligatoirement l’accompagnement du gouvernement, si l’on veut réellement asseoir une autosuffisance alimentaire et surtout reconquérir notre place au sein des pays producteurs du coton en Afrique, particulièrement en Afrique de l’Ouest.

Ce sont des initiatives qu’il faut multiplier sur l’ensemble du territoire national et dans tous les secteurs socio-économiques du pays. Aussi, ces visites peuvent-elles être un moyen pour expliquer la vision du gouvernement aux populations à la base par le Premier le ministre lui-même. Donc, une manière de rapprocher l’administration aux citoyens et cela va, sans nul doute, renforcer ou restaurer la confiance entre les autorités et peuple.

Mieux, au cours de cette visite, Choguel a tenu à réaffirmer la volonté des autorités de la Transition à soutenir les acteurs du secteur rural considéré comme un segment-clé du pays, tout en expliquant aux populations son projet de refondation qui nécessite d’ailleurs la prise en compte des aspirations de toutes les composantes de la Nation. Une initiative, selon le chef du gouvernement, sera l’émanation des Assises nationales de la Refondation.

Ce qui est sûr, si Choguel veut vraiment créer la rupture, il n’a pas le droit de mentir aux populations de la base ou leur faire des promesses politiques qu’il ne pourra pas du tout tenir. En tout cas, il demeure aujourd’hui l’un des acteurs politiques et de l’administration les plus avertis. Donc, il a intérêt à être concret et réaliste dans tout ce qu’il entreprendra durant cette période de la transition.

Ousmane BALLO

Source : Ziré

Partager.