Violence à Sikasso : le bilan s’alourdit, le Procureur de la ville appelle au calme

0

Maki Sidibé, procureur de la République près du Tribunal de Grande instance de Sikasso, multiplie les sorties médiatiques de sensibilisation. Du 22 au 23 janvier des violences dans sa juridiction ont fait, selon un premier bilan, 09 morts à Mamassoni (quartier périphérique) épicentre des évènements. Mais ce bilan a évolué depuis.

 

« C’est du jamais vu, il s’agit d’une violence inexplicable », informe le procureur Maki Sidibé. « J’ai auparavant arrêté des membres du réseau QNET suite à des plaintes, mais au vu des preuves à notre disposition, il est clair qu’ils ont été victimes d’intox », a expliqué Maki Sidibé, contacté par Maliweb.net. La vérité, poursuit le procureur, ce sont les corps sans vie de deux enfants qui ont été découverts et non quatre enfants. La dernière découverte macabre a eu lieu, le 19 janvier 2022, et le rapport de la police a conclu à une mort par noyade.

En plus des disparitions d’enfants, la rumeur avait accusé les gens de QNET de vider les enfants de leur sang pour des rituels d’argent. « Contrairement à ce qui a été dit, aucune poche de sang n’a été découverte chez un membre de QNET.  Personne ne peut dire qu’il en a vu », a déclaré le procureur Sidibé. Au regard du déroulé des évènements, Maki Sidibé croit qu’une ou des personnes « avaient une dent contre des membres de QNET », et ils ont répandu des rumeurs pour atteindre leur objectif.

Aujourd’hui, informe le procureur Sidibé, 105 membres du réseau QNET se sont rendus à la police. « Nous les détenons pour sécuriser leur vie », assure le parquetier. Quant au bilan, il a évolué pour s’établir à 11 morts. Deux des trois blessés graves annoncés dans notre précédent article ont succombé à leur blessure. Le procureur Sidibé appelle la population au calme et à faire confiance à la justice.

 

Mamadou TOGOLA /Maliweb.net

Partager.