Un ministre de la majorité présidentielle devenu persona non grata à Koulouba

0
20

Il était le ministre le plus important de la majorité « pestilentielle », pardon présidentielle. Tellement important, qu’il désignait, à la veille de chaque remaniement ministériel, ses camarades du parti devant entrer au gouvernement. Il était incontournable. Ou presque.
Mais depuis deux semaines, environ, il ne serait  plus en odeur de sainteté avec IBK. Selon nos informations, ce dernier aurait refusé de le recevoir en tête à tête. Et pour cause, le deal qui le lie au Chef de l’Etat vient de tomber à l’eau : empêcher son parti politique, réputé pour sa capacité de mobilisation, de présenter un candidat à la présidentielle de juillet 2018.
A l’issue de sa retraite politique, le 22 juillet dernier à Sélingué, le parti politique de cet important  ministre a décidé –  sous la pression de ses militants –   d’aligner son candidat dans les starting-blocks de la prochaine présidentielle, prévue dans onze petits mois.
Depuis notre ministre est devenu persona non grata à Koulouba. En effet, depuis deux semaines, il chercherait à rencontrer le Chef de l’Etat pour s’expliquer sur la décision prise par son parti. Rien n’y fait.
Profitant d’une rencontre à Koulouba, le président de la Rue publique avait indiqué que la décision de ce parti de la majorité « pestilentielle », de présenter son candidat à la prochaine élection présidentielle ne lui ferait ni chaud, ni froid. Alors……
En politique, comme à la guerre, l’erreur se paie chère, trop chère.

 
Oumar Babi