Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition «Nous marchons parce que le pouvoir n’a toujours pas compris la situation désastreuse du pays»

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Les partis de l’opposition ont battu le pavé. C’était samedi dernier. Devant une foule de 100 000 personnes, selon les organisateurs, les leaders de l’opposition déclarent avoir marché contre la nouvelle loi électorale, contre la censure de l’ORTM, pour le retour de l’ancien président Amadou Toumani Touré et pour la tenue des concertations nationales.

Partis de la Place de la liberté, les marcheurs sont passés par le monument de l’Indépendance avant de continuer sur le boulevard de l’Indépendance, pour s’immobiliser devant la Bourse du travail. «Ça ne va pas »: c’est le principal message  sur les pancartes, retransmis par les haut-parleurs tout au long de la marche.
Le président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) plante le décor. «Nous sommes là parce que ça ne va pas ! Et ça ne va toujours pas ! Aussi parce qu’il n’y a aucun signal du pouvoir pour nous faire comprendre qu’il a compris la situation désastreuse du pays», débute Soumaïla Cissé, chef de file de l’Opposition, dans un tonnerre d’applaudissements.
Au nom de ses compagnons, Soumaïla Cissé égrène une série de revendications. Il s’agit entre autres, de la tenue des Concertations Nationales pour la Refondation de l’État; le retour du Président ATT pour une vraie réconciliation nationale; la non promulgation et la relecture de la nouvelle loi électorale; mettre fin à la censure systématique de l’ORTM à l’encontre de tout ce qui ne vient pas du régime au pouvoir; Mettre fin à la dilapidation des ressources publiques; Créer prioritairement des emplois pour les jeunes; Une meilleure dotation des FAMAs pour la défense de l’intégrité du territoire.
Mais de toutes ces revendications, la censure de l’opposition par l’Office de Radiodiffusion et Télévision du Mali (ORTM) est le sujet qui fâche le plus, le chef de file de l’opposition. Le retour à l’ORTM de l’ex DG Sidiki N’fa Konaté n’a fait qu’augmenter la tension. «J’ai téléphoné quatre fois au ministre de la Communication afin de faire passer notre communiqué sur la marche à l’ORTM, indique Soumaïla Cissé, au moment où le plateau de la télévision nationale est offert à des gens pour nous dénigrer. » Pour Soumaïla Cissé, cela n’est pas normal dans une démocratie où la télévision publique est financée par l’argent du contribuable.
« Nous avons alerté! Sans cesse alerté! Oui, nous avons toujours dénoncé toutes les dérives qui caractérisent la Gouvernance de notre pays! Et pour toute réponse, nous avons eu le mépris des autorités, la diffamation publique et l’inertie. Nos messages sont systématiquement censurés par l’ORTM, foulant ainsi au pied les fondements de notre démocratie», a martelé le chef de file de l’opposition.
Pour Modibo Sidibé, le Président des Fare Anka Wuli, le nouveau code électoral est mauvais à tous égards. «S’ils pensent pouvoir nous empêcher d’être candidats, qu’ils se détrompent. Ils doivent chercher d’autres stratégies. Parce que nous n’accepterons pas cette loi», a-t-il déclaré.
Mamadou TOGOLA

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Les commentaires sont fermés.