Secteur minier : Randgold attend une production record et à moindre coût

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Assurer l’autofinancement de Morila en 2019, tout en laissant un héritage pour les communautés environnantes et maintenir leur licence sociale, sont, entre autres, les attentes de la Société sud-africaine Rangold Ressources, cette année.
En 25 ans d’exercice, la contribution de Rangold dans l’économie nationale a atteint 2 879 milliards de FCFA. Soit 5,4 milliards de dollars US sous forme d’impôts, de redevance, de salaires et de paiements aux fournisseurs.

En prélude à la publication du rapport des activités 2017 de la société, Mark Bristow, Directeur général du groupe, Mahamadou Samaké, Directeur régional du groupe et Issaka Berthe, directeur général des Opérations en Afrique de l’Ouest, étaient face à la presse, le lundi 29 janvier dernier, à l’Hôtel Sofitel de l’Amitié. Il a été surtout question de l’un des principaux objectifs que la société s’est fixés, l’année écoulée, notamment faire de 2017 « une année de production record, à moindre coût ». A l’entame de ses propos, le Directeur général des Opérations en Afrique de l’Ouest, M. Issaka Berthe, a indiqué que le complexe minier aurifère de Loulo-Gountoko de Rangold Ressources était bien positionné dans l’exécution de son plan d’affaire de 10 ans, qui vise une production de plus de 6000 onces par année.  A ses dires, le groupe s’est fixé comme objectifs, l’autofinancement de Morila en 2019, tout en laissant un héritage pour les communautés environnantes et le maintien de leur licence sociale, etc.
Selon le Directeur général de groupe, Mark Bristow, c’est lundi que la société publiera ses chiffres au titre de l’année écoulée.  «  Le groupe se porte bien et son apport dans l’économie malienne croît un peu plus chaque année », a-t-il expliqué. L’un des principaux sujets évoqués est l’impératif de l’examen du code minier actuel du Mali. Cette révision doit prendre en compte, aux dires de Mahamadou Samaké, « l’attractivité par rapport aux codes miniers des pays voisins concurrents du Mali dans le même secteur ». Cela est important pour faire face aux défis inhérents à la mise en valeur et à l’exploitation d’une mine dans un pays confronté à des problèmes d’infrastructures et où, existent les difficultés de trouver des réserves d’or de remplacement.
Aussi le groupe annonce avoir créé 4791 emplois au Mali, dont 95% de nationaux et 5% d’expatriés. En plus de ses activités économiques, le groupe déclare avoir un programme de talents réussis. Il s’agit de responsabiliser les nationaux des pays hôtes en leur offrant des postes clés tout en leur assurant une formation et le développement de leurs talents.
« Des étudiants maliens sponsorisés par Randgold pour des études à l’étranger sont aujourd’hui à des postes clés au sein de la compagnie, etc. », ont précisé les responsables.
Mark Bristow a appelé les autorités maliennes à trouver une solution au problème croissant de l’exploitation minière illégale.

Mohamed Idal
El Ansary/ Canarddechaine.com

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Publier un commentaire