Ressources naturelles : le mali crée sa nouvelle société d’exploitation minérale

0

Le gouvernement de la Transition a adopté un projet d’ordonnance portant création de la Société de Recherche et d’Exploitation des Ressources minérales du Mali. C’était ce mercredi 24 août 2022 en conseil de ministre.

Le sous-sol malien regorge des ressources naturelles. C’est dans cette dynamique que le gouvernement de la Transition a créé la Société de Recherche et d’Exploitation des Ressources minérales du Mali. C’est pour la mise en valeur des nombreuses ressources et conformément aux recommandations des Assises nationales de la Refondation que les autorités de la Transition créent la Société de Recherche et d’Exploitation des Ressources minérales du Mali avec comme actionnaire unique l’État. Selon le gouvernement, la société a pour objet la recherche, le traitement et la commercialisation des substances minérales dans les limites des périmètres qui lui sont octroyés. Le ministre des Mines de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré a dénoncé la privatisation sauvage de la recherche dans les années 2000. Selon lui, toutes les réformes faites dans le secteur minier n’ont pas suffi à faire en sorte que le peuple malien puisse être satisfait de l’exploitation minière et pétrolière de façon générale. « On peut noter à date que l’or reste le seul minerai réellement exploité avec 65 tonnes par an, représentant 70% des exploitations, 25% de recettes fiscales, 10% du PIB, une contribution de plus 500 milliards en 2021. Pourtant, la population dans sa grande majorité pense à tort ou à raison que l’or ne brille pas pour les Maliens » souligne le ministre Traoré. Il a indiqué que cette société va se consacrer principalement à l’acquisition des titres miniers, mais elle va aussi entreprendre tous travaux de recherche et d’exploitation sur les gisements économiquement viables. « Cette nouvelle société va au-delà de la promotion. C’est une société anonyme qui sera logée dans la même catégorie que les multinationales qui exploitent les sous-sols maliens. Elle va aussi pouvoir lever des fonds qui vont pouvoir doter l’État en devise, parce qu’elle va directement exploiter les ressources du sous-sol » a expliqué le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau. Et de conclure que la société va surtout permettre d’accélérer la valorisation du contenu local et des emplois. Le capital de ladite société est constitué de 100 millions de franc CFA.

Falaye Sissoko/Canarddechaine.com

Partager.