PR Salikou Sanogo, 1er vice-président de l’URD : « le ministre de l’Administration Territoriale, qui a brillé par son incompétence, doit démissionner »

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

«  L’attitude du Gouvernement révèle au grand jour son amateurisme, son incompétence et son incapacité à organiser des élections, d’une part, son mépris vis à vis des Maliens et sa volonté manifeste de nuire aux candidats par la dilapidation de leurs maigres ressources, d’autre part. » Cette déclaration a été faite par l’Union pour la République et la Démocratie, jeudi dernier, au cours de sa conférence de presse. A l’occasion, le parti a réclamé la démission de Tiéman Hubert Coulibaly, ministre de l’Administration Territoriale.

Apparemment, le parti a décelé des indices qui portent à croire que la majorité présidentielle s’apprêtait à organiser de grandes manœuvres pour s’attribuer les votes des électeurs et annuler ceux de l’opposition. Comment pouvez-vous comprendre, ont-ils- dit, qu’en plein déroulement du processus électoral, le gouvernement décide, le jour même du report des scrutins au mois d’avril 2018, du renouvellement de plus de la moitié du corps préfectoral, de la totalité des préfets des régions de Kayes et Tombouctou, de la moitié des Directeurs de cabinet des Gouverneurs de Région ? L’URD a ajouté :  « C’est pourquoi nous avons compris, qu’ayant pris peur de la sanction que le Peuple allait infliger à ses listes, le Gouvernement a préféré reculer pour préparer un gigantesque plan de confiscation du suffrage des Maliens lorsque l’on sait que sur instruction n°001398-MAT-SG du 09 octobre 2017, le ministre de l’Administration Territoriale autorisait les commissions de centralisation des résultats des scrutins, dominées et dirigées par les représentants de l’Etat, à procéder  » à  l’annulation totale ou partielle des résultats de certains bureaux de vote  » empiétant du coup sur les prérogatives des autorités judiciaires. » C’est pourquoi les animateurs de la conférence de presse ont précisé : « L’URD mettra tout en œuvre, de concert avec tout citoyen épris de paix et de justice,  toutes les organisations politiques et de la société civile, soucieuses de l’avenir du Pays, tous les démocrates, pour empêcher le Gouvernement de mener le pays vers le chaos.
L’URD estime qu’aujourd’hui, de tout ce qui précède, le ministre de l’Administration Territoriale, qui a brillé par son incompétence et son incapacité à exécuter correctement sa mission, doit démissionner. » Le parti exige du gouvernement,  à ce stade du processus électoral, la tenue de l’ensemble des élections en 2018 suivant un chronogramme clair et précis. Pour l’URD, la tenue et la réussite des élections de 2018 doivent être une affaire de tous et un impératif auquel nul ne doit se dérober. A cet effet, le parti propose, entre autres, l’audit indépendant du fichier électoral et sa mise à jour; l’audit de la situation des cartes NINA dans toutes les communes du Mali  et leur stockage au Centre de Traitement des Données de l’Etat Civil, avec précision sur la destination des 900.000 cartes NINA évoquées dans le rapport du Vérificateur Général ; l’audit de la situation des bureaux de vote avec la possibilité de limiter le nombre d’inscrits à 200 électeurs; la supervision effective par la CENI de l’opération de désignation des présidents et assesseurs des bureaux de vote et le bon encadrement de la délivrance des procurations.

 

B.D./Canarddechaîné.com

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Publier un commentaire