Portrait. Colonel Ali Coulibaly : un très bon choix !

0
En jetant leur dévolu sur  l’inspecteur principal des douanes,   Ali Coulibaly,  pour succéder à l’inspecteur général Modibo Kane Keïta, devant faire valoir ses droits à la retraite,  les autorités maliennes semblent avoir opté pour le changement dans la continuité.

La nouvelle, qui nous est parvenue dès mardi 27  décembre, est tombée le lendemain. C’était à la faveur du conseil des ministres. Plusieurs hauts cadres, et non des moindres, étaient dans les starting-blocks pour succéder à l’inspecteur général Modibo Kane Keïta, appelé à faire valoir ses droits à la retraite. Il s’agit, entre autres, des inspecteurs Amadou Konaté, actuel directeur régional des douanes de Kayes ; Soumana Mory Coulibaly, directeur général de l’Office National des Produits Pétroliers (ONAP) ; l’inspecteur principal Ali Coulibaly, directeur général-adjoint des douanes ; Nouhoun Sadia Camara, chef de la Cellule de traitement des informations financières ; Djigui Koumaré Cissé, chef du Bureau de Contrôle Interne (BCI)….
Mais au conseil des ministres du 28 décembre dernier, c’est l’inspecteur principal des douanes, Ali Coulibaly qui aura été choisi. A en croire nos sources, haut perchées, son C.V (Curriculum vitae) aurait été jugé comme l’un des plus brillants, l’un des plus aptes à poursuivre l’œuvre de l’inspecteur général Modibo Kane Keïta à la tête de la douane.
Ce dernier aura, de février 2015 à décembre 2016, amené les recettes douanières de 35 milliards CFA à 45 milliards CFA par mois. Soit une hausse exceptionnelle de près de 10 milliards CFA par mois.
Après sa maîtrise, obtenue à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), le jeune Ali Coulibaly, qui figurait parmi les meilleurs de sa promotion, entre à la douane. Après sa formation initiale, il s’envole pour l’Europe où il fréquente les meilleures écoles d’inspecteurs des douanes.
A son retour au bercail, il occupe tous les postes, ou presque, de la douane. C’est lui, qui a initié le Guichet Unique de la douane, chargé exclusivement du dédouanement des véhicules. Avant d’en être son premier chef de bureau.
Autre exemple et non des moindres : l’inspecteur principal Ali Coulibaly est le seul, parmi les prétendants au poste de directeur général des douanes à avoir occupé à deux reprises le poste de directeur général-adjoint. Avec les résultats que l’on sait. D’abord sous Modibo Maïga, son « frère siamois » ; ensuite sous L’inspecteur général Modibo Kane Keïta. Sous le premier, comme sous le second, il aura fait montre d’une efficacité à nulle autre pareille.
Une taille au-dessus de la moyenne, la soixantaine,  les cheveux coupés courts, athlétique, le tout-nouveau directeur général des douanes est donc  en terrain connu.
Mais son légendaire sourire s’efface à partir du 20 de chaque mois. D’ordinaire sympathique, son regard redevient vif. L’homme calme fait place à l’homme pressé, qui ne parle et ne vit que par les recettes. Il n’est pas rare de le voir utiliser trois téléphones à la fois. Histoire de mettre la pression sur les chefs de bureau, situés à des milliers de kilomètres de son bureau.
Réputé comme  un bourreau du travail, il reste parfois à son bureau une bonne partie de la nuit y compris les week-ends. Afin que la direction générale des douanes soit au rendez-vous des objectifs de recettes.
Considéré comme un bon technicien, il aura désormais la lourde et délicate mission de poursuivre l’œuvre de son prédécesseur, le charismatique Modibo Kane Keïta. Qui s’apprête, dans quelques jours,  à quitter l’administration des douanes. Avec le sentiment du devoir accompli.

Oumar Babi

Partager.