Moussa Traoré : « Je ne suis ni médiateur ni arbitre »

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

L’ancien président de la République, le Général Moussa Traoré, est très clair : il n’entend jouer ni le rôle de médiateur, ni celui d’arbitre dans le cadre de la crise socio-politique que le Mali traverse en ce moment. Cette position, il l’a réaffirmée en présence du président de la République et de l’Imam Mahmoud Dicko (respectivement accompagnés du Premier ministre et de Dr. Choguel Kokalla Maïga). C’était samedi lors d’une réunion qu’il avait conviée, chez lui, à Djicoroni-Para, pour concilier les positions dans le cadre de la crise que le pays traverse en ce moment. D’entrée de jeu, selon nos sources, le Général a rappelé aux uns et aux autres que c’est pour lui un devoir de génération, compte tenu de son âge, d’intervenir entre les fils de son pays, s’il constate que ceux-ci sont en désaccord et qu’il entendait rester dans ce rôle. Il a affirmé n’avoir pas la prétention de résoudre la crise socio-politique que nous vivons depuis la proclamation définitive des résultats des élections législatives. Aussi, celui que l’on surnomme GMT aurait rappelé à ses visiteurs que son intention n’est pas non plus de demander aux uns et aux autres de renoncer à leurs requêtes ou d’accepter un quelconque compromis. Seulement, aurait-il insisté, sa conviction à lui est que les uns et les autres doivent se parler, car tous les conflits se terminent par la négociation.

 Intervention du général Moussa Traoré dans la crise

 IBK et son PM rencontrent Dicko et Choguel

Serait-ce une tentative pour désamorcer de la crise politique malienne aiguë ? Moussa Traoré sera-t-il le sauveur du régime, lui le héros honni du 29 mars 91, le pestiféré absolu dont se réfèrent constamment les démocrates sincères et patriotes convaincus, celui-là couvert d’opprobres justement par ceux-là dont IBK a été le fidèle compagnon, un membre éminent et aujourd’hui leur digne successeur ?

Toujours est-il que, selon Choguel Maïga, actuel porte-parole du FSD au sein du M5-RFP, c’est dans la nuit de samedi et à son invitation, le président du MPR et le leader religieux Mahmoud Dicko, engagés dans la lutte pour obtenir la démission d’IBK, se sont rendus au domicile de l’ancien président de la République, le Général Moussa Traoré. Au rendez-vous de Djicoroni-para, IBK et Boubou Cissé, en assistant preneur de notes pour son patron !

Bref, le compte-rendu a fait le tour des réseaux et des médias, relatif à l’appel pressant de l’ancien président de la République du Mali à épargner le pays d’une division quasi-irréversible. Ce qui a conduit Choguel et le prêcheur wahhabite à rappeler, avec force et sans concession aucune, aux deux têtes de l’exécutif toutes les exigences du mouvement de contestation, de plus en plus populaire. Bien évidemment, le patron du MPR et leader du FSD s’est gardé de rapporter les réponses, qu’on suppose néanmoins apaisantes, du président IBK.

Pourtant, la médiation, bien que le Général Moussa Traoré s’y refuse, n’aura visiblement pas donné lieu à un résultat probant, les lignes n’ayant guère bougé d’un iota, du moins côté M5-RFP, qui maintient ses mots d’ordre, s’il ne les a plutôt durcis en insistant sur le fait que le seul dialogue possible est celui concernant les conditions de départ d’IBK et de son régime.

Mais on peut considérer que le retour très remarqué de celui qui est tombé après 23 ans de pouvoir, ne sera pas qu’un coup de plume dans l’eau !

 

Moussa Touré 

Source: Nouvelle Libération

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Les commentaires sont fermés.