Mali-Onu : le premier ministre demande à la minusma de clarifier sa position

0

Le premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga a reçu le secrétaire général adjoint des Nations Unies, Jean – Pierre Lacroix et sa délégation le mardi, 26 juillet 2022, à la primature. Les échanges ont porté sur la suspension des rotations des contingents de la MINUSMA et les 49 militaires arrêtés. C’était en présence des membres du gouvernement et le chef de la MINUSMA, El Ghassim Wane.

Comme à la tradition malienne, le premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga a d’abord souhaité la chaleureuse bienvenue au secrétaire général adjoint de l’Organisation des Nations Unies, Jean-Pierre Lacroix et sa délégation en terre africaine du Mali, et a rappelé à Jean-Pierre Lacroix que depuis l’installation de la MINUSMA dans notre pays en 2013, le gouvernement du Mali a toujours entretenu un dialogue dynamique avec les Nations Unies dans le cadre de la mise en œuvre efficace et efficiente de son mandat. La visite du secrétaire général adjoint de l’ONU a été une opportunité pour les deux personnalités de renforcer ce dialogue en passant en revue, sans complaisance, les sujets de préoccupations, et en explorant, ensemble, les voies et moyens pour trouver les compromis dynamiques nécessaires et une compréhension partagée sur les enjeux et les attentes de part et d’autre. « Cela requiert indubitablement un changement de paradigme et une évolution de la doctrine des Nations Unies, quand sa Mission de Paix évolue dans un environnement terroriste, comme c’est le cas, notoirement ici au Mali » conseille le chef du gouvernement, Choguel Kokalla Maïga. Il a exprimé les fortes réserves exprimées par l’État du Mali, quant au mécanisme des Droits de l’Homme, sans l’implication de l’État malien. Si pour l’ONU, les mesures prises par le Mali pour assurer sa sécurité sont des restrictions, pour le gouvernement, ce sont des mesures de planification et de sécurité nationale, concernant la mobilité de la MINUSMA sur certaines parties du territoire malien. Toutefois, le premier ministre a indiqué qu’il est impératif de renforcer la coordination et de continuer étroitement à travailler ensemble, la main dans la main, et non pas de travailler les uns à côté des autres, y compris sur les questions de Droits de l’Homme, dont le gouvernement malien et son Armée sont à la fois soucieux et respectueux, en vertu de notre culture ancestrale et aussi en vertu de nos engagements internationaux. « Le Gouvernement du Mali a convié la MINUSMA à des échanges pour clarifier certains aspects de notre coopération afin de créer les conditions propices à la levée de la mesure suspensive de la rotation des contingents de la MINUSMA » poursuit-il. Concernant la situation spécifique des 49 éléments de l’armée ivoirienne arrivés par vol civil, à l’aéroport international Président Modibo Keita, le dimanche 10 juillet 2022, sans information préalable des autorités compétentes maliennes, le gouvernement du Mali réitère sa demande de clarification des liens légaux ou contractuels entre les militaires ivoiriens concernés, Sahel Aviation Service et le contingent allemand de la MINUSMA. Au-delà des questions particulières, comme celles se rapportant à la situation des Éléments Nationaux de Soutien ( NSE ) des pays contributeurs de troupes, le gouvernement du Mali souligne la nécessité d’une plus grande transparence de la part de la MINUSMA en ce qui concerne ses effectifs en activité sur le sol malien, ainsi que sur les conditions de déploiement et de rotations de contingents militaires et civils et des NSE.

Falaye Sissoko /Canarddechaine.com

Partager.