Les amoureux et le fou

0
194

Deux amoureux s’embrassaient dans la pénombre, adossés à une table. La jeune fille demande à son ami:

– Chéri, est-ce que tu m’aimes?

Celui-ci de répondre:

– Tu sais chérie, je suis fou de toi !

Un fou,  couché sous la table voisine,  et qui suivait leur  conversation répliqua:

– Eh vous-là, quand vous voulez faire vos conneries, enlevez mon nom dedans !

BLABLA

Deux amis discutent. L’un dit :

– Mon père est cordonnier !

Et l’autre répond :

– Et puis tu n’as pas de chaussure ?

L’autre dit alors :

– Toi,  ton père est dentiste,  et puis ta petite sœur n’a pas de dents.

ON M’AURAIT LIBÉRÉ AUJOURD’HUI

Une femme se réveille pendant la nuit et constate que son mari n’est pas au lit. Elle enfile son peignoir et descend voir où il est. Elle le trouve dans la cuisine, assis devant une tasse de café. Il paraît bouleversé et fixe le mur. Elle le voit essuyer une larme comme il avale une gorgée de café :

– Qu’est-ce qui ne va pas chéri ?

Le mari lève les yeux de son café, il lui demande solennellement :

– Tu te souviens il y a 20 ans, quand on s’était donné Rdv, tu n’avais alors que 16 ans ?

– Oui je m’en souviens, répond-elle.

Le mari fait une pause, les mots lui viennent difficilement !

– Te souviens-tu que ton père nous ait surpris en train de faire l’amour à l’arrière de la voiture ?

– Oui je m’en souviens ! dit la femme en s’asseyant à ses côtés Le mari continue:

– Te souviens-tu, quand il a pointé son flingue sur ma tempe et qu’il a dit : ou tu épouses ma fille, ou je t’envoie en tôle pour 20 ans !

– Je m’en souviens aussi ! Répond-elle, doucement.

Le mari essuie une autre larme et dit :

– J’aurais dû accepter la prison, on m’aurait libéré aujourd’hui