Le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim: «Plus jamais d’unités industrielles en dehors des zones industrielles»

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Promesse forte de Mohamed Aly Ag Ibrahim, ministre du Développement industriel.  C’était le 17 janvier dernier, au cours d’un déjeuner avec les patrons de presse. Occasion pour le ministre de partager, avec les journalistes, les principales réalisations du jeune ministère qu’il dirige depuis sa création en juillet 2016.

Sikasso, Gao, Ségou, Tombouctou, Koulikoro en six mois Mohamed Aly Ag Ibrahim a visité 34 unités industrielles et 09 projets industriels. Un constat général se dégage: l’industrialisation du Mali est en marche. Pour preuve indique le ministre, le 16 septembre dernier, une convention a été signée entre son ministère et la société Gaia Equity pour la construction d’une cimenterie à Guinbané dans le cercle de Dièma. A la clé, un investissement de 196 milliards et 450 emplois directs pour une production annuelle d’un million de tonne de ciment. La pose de la première pierre de cette usine, par le président IBK, est prévue dans quelques semaines, annonce Mohamed Aly Ag Ibrahim.
«Seulement 2% du coton malien est transformé au Mali tandis que la côte d’Ivoire transforme 20% de son cacao sur place. Le ciment du Sénégal est transporté au Mali puis vendu moins cher que le ciment malien », indique le ministre du Développent industriel. Pour avoir des industries compétitives au Mali, préconise Mohamed Aly Ag Ibrahim, il faut diminuer le coût de l’électricité. «Le problème de l’électricité handicape les industries maliennes », affirme-t-il. L’idéal, selon lui, serait de baisser de moitié le prix actuel pour atteindre 60 à 70 fcfa le kilowatt.  Une autre solution pour le ministre est d’aller vers  les énergies renouvelables. A titre d’exemple, il cite le cas de N’Sukala  qui utilise des gousses de canne à sucre pour produire de l’électricité.
Dans son intervention, le ministre s’est prononcé sur l’avenir de l’Agence d’aménagement des Zones Industrielles (AZI). L’agence traverse des zones de turbulences suite au fiasco de Dialakorobougou, reconnait le ministre. L’avenir du développement industriel ne peut se faire sans l’AZI. Tout comme l’Usine Malienne des produits Pharmaceutiques (UMPP), L’AZI doit être sur pied et elle sera sur pied, a rassuré le ministre.
L’une des annonces fortes du ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim, à ce déjeuner, est la fin des unités industrielles en dehors des zones industrielles. L’AZI a aménagé une dizaine de zones industrielles partout au Mali, notamment à Bamako. Mais depuis des années, les usines, poussent dans des zones d’habitation sans égard pour la pollution de l’air ou les nuisances sonores pour les riverains. Depuis 2013, un conflit oppose l’Industrie malienne des tanneries (Imat) aux habitants de la Cité Mali-Univers à Sotuba. Les nombreuses interpellations à l’Espace d’Interpellation Démocratique du collectif d’habitants n’avaient toujours pas permis d’obtenir la délocalisation de l’usine, malgré les recommandations, trois années successives de l’EID. Des problèmes que cette mesure du ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim éviterait à l’avenir.

Mamadou TOGOLA

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Les commentaires sont fermés.