La grève des transporteurs a fait perdre 6 milliards cfa à la douane en mai dernier

0
52

La direction générale des Douanes tablait, fin mai, sur une recette globale de 53 milliards CFA. Mais hélas ! C’était sans compter avec la grève des transporteurs routiers, qui lui a fait perdre, en l’espace d’une semaine, la bagatelle de 6 milliards CFA.

Une semaine auparavant, tous les signaux étaient au vert à la direction générale des Douanes. Après les 51 milliards CFA – un record inédit réalisé en mars dernier – l’équipe de l’inspecteur principal Ali Coulibaly a décidé de mettre la barre plus haute, en réalisant le record des records : 53 milliards CFA en fin mai.
Dès mercredi 23 mai, les transporteurs routiers mettent leur menace à exécution. A une semaine de la fin du mois, l’espoir de la direction générale des Douanes s’envole en fumée. Bourrés de marchandises solides et d’hydrocarbures, les camions s’abstiennent de franchir le cordon douanier. Afin de s’acquitter des formalités douanières.
Conséquences : les stations d’essence se retrouvent à sec. Les prix des hydrocarbures flambent. Le litre d’essence avait été vendu, à la pompe, à 2.000 CFA, contre 700 CFA auparavant. Le spectre du réservoir vide avait poussé les angevins à prendre d’assaut les stations d’essence, dont la plupart était à sec.
Mais la conséquence la plus grave, du moins pour le Trésor public, reste la perte engendrée à la direction générale des Douanes. A en croire nos sources, généralement bien informées, la grève des transporteurs aurait couté à la Douane la bagatelle de 6 milliards CFA.
Décidée à battre son record de mars dernier (51 milliards CFA), l’équipe de l’inspecteur principal, qui caressait l’espoir de réaliser – pour la première fois dans l’histoire de la Douane malienne 53 milliards CFA – se retrouve, en fin mai, avec une recette mensuelle de 47 milliards CFA.
Loin de se décourager par ce gap, indépendant de sa volonté, la direction générale des Douanes entend remettre le couvert dans les semaines, voire les mois à venir. Certes, le contexte économique est peu favorable pour une telle performance. Mais elle entend mettre les bouchées doubles pour être au rendez-vous des objectifs de recettes, à elle, assignés par le gouvernement.

Oumar Babi