Kidal : la médiation internationale réclame le retour de l’état sur tout le territoire national

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Réunie, le 28 mai dernier, pour examiner le processus de retour « plein » et « effectif » de l’Etat malien dans le septentrion malien, notamment à Kidal, la médiation internationale appelle la CMA (Coordination des Mouvements de l’Azawad), à « s’abstenir de tout acte contraire à l’esprit de l’accord, ou susceptible de remettre en cause la souveraineté et l’intégrité territoriale du Mali ».

A l’issue de cette réunion, qui s’inscrit dans la préparation de la 40e session ordinaire du CSA (Comité de Suivi de l’Accord), la médiation internationale déplore les actes posés, récemment, par la CMA.
Arrivée aux portes de Kidal, le second contingent de « l’armée nationale reconstituée » s’est vu refuser l’entrée dans la ville par Bilal Ag Achérif, leader de la CMA.
Quelques jours auparavant, ce sont les médecins,  dépêchés dans la région dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus, qui ont été refoulés de la ville. Et comme si tout cela ne suffisait pas, Bilal Ag Achérif s’arroge le droit de distribuer des autorisations de déplacement à des orpailleurs. Mais aussi, de gracier des détenus à Kidal.
Un droit qui incombe au seul Etat du Mali. D’où la colère du gouvernement malien. Dans un communiqué, rendu public mercredi dernier, il dit « constater avec indignation que, depuis un moment, la CMA s’arroge des actes régaliens de l’Etat, en violation flagrante des termes de l’Accord de paix d’Alger ».

Une mise en garde à la CMA

A l’issue de sa réunion du 28 mai dernier, la médiation internationale appelle la CMA à mettre fin à ces actes susceptibles de remettre en cause la souveraineté et l’intégrité territoriale du Mali.
« La médiation internationale exhorte les parties signataires de s’abstenir de tout acte contraire à l’esprit de l’Accord, ou susceptible de remettre en cause, non seulement, la souveraineté et l’intégrité territoriale du Mali, mais aussi, les nombreux acquis obtenus tout au long de ces cinq dernières années ».
Aussi, la médiation internationale appelle le gouvernement malien à accélérer le processus de DDR (Désarmement, Démobilisation, Réinsertion des combattants des groupes armés) ; mais aussi, le déploiement de l’armée et des services techniques de l’Etat dans le Nord, particulièrement, dans la région de Kidal.

Oumar Babi /Canarddechaine.com

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Les commentaires sont fermés.