IBK – UNTM : la guéguerre avant la guerre

0
17

Reçus, récemment, par le représentant du FMI et par le Premier ministre, au sujet de la fameuse loi sur l’enrichissement illicite,  les leaders de l’UNTM ont été clairs : pas question d’accepter cette loi, imposée aux autorités maliennes par le Fonds Monétaire International(FMI).
A les en croire, c’est pour accorder au Mali des facilités de crédit de 120 milliards CFA seulement, que cette loi a été imposée aux autorités maliennes.
« Si cette loi avait été demandée par les Maliens, on peut le comprendre ; mais elle nous a été imposée par le FMI », indiquent-ils.
Inspirée d’un pays latino-américain, cette loi contre l’enrichissement illicite est « discriminatoire » et « dangereuse ». Car, ajoutent-ils, elle légalise la délation.
Un exemple : votre frère, cousin, voisin….  Peut, pour n’importe quelle raison, saisir l’Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite, en vous accusant, à tort ou à raison, d’être détenteur de biens que vous n’auriez pas déclaré. Ou que vous ne possédiez pas. S’en suivra une enquête, qui déterminera si oui ou non ces « accusations » sont fondées.
Dans un pays comme le nôtre, poursuivent les leaders de l’UNTM, cette pratique est dangereuse et discriminatoire. Pourquoi les députés et les avocats ne figurent pas sur la liste des corps socio-professionnels qui devront rendre publique la liste de leurs biens ?, s’interrogent-ils.
C’est pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, que les leaders de l’UNTM ont réitéré, au Premier ministre et au représentant du FMI venu solliciter leur soutien, leur ferme volonté de combattre cette loi jusqu’au bout.
« Si le gouvernement persiste à mettre cette loi en application, il nous trouvera sur son chemin. Il fera, en ce moment, le choix entre les 120 milliards CFA que leur propose le FMI pour la mise en œuvre de cette loi et les 1300 milliards CFA que la Douane et le service des Impôts versent, chaque année, dans l’escarcelle de l’Etat ».
Un conseil qui a valeur d’avertissement !

Oumar Babi