IBK : « MAGOUSSA Adama du journal le sphinx veut me tuer, il faut que mes 7 marabouts se penchent sur son cas !»

0

Après avoir gagné le pari de l’organisation du 27e sommet Afrique-France, IBK croit retrouver, désormais, sa popularité d’antan. Un gros cigare dans une main et, dans l’autre, un verre de jus d’orange, il causait à bâtons rompus avec ses proches. Qui lui font croire  que son second et dernier mandat à la tête de notre pays est, déjà, dans « la poche ». Ses éclats de rires retentissent dans la cour de la résidence de Sébénikoro.
Remarquant notre présence, il nous fait signe de l’accompagner dans le jardin, à quelques mètres de la piscine où, des chaises italiennes sont alignées. C’est là que se déroulera cette interviou imaginaire, ou presque, qu’il a bien voulu nous accorder. Sans concession.

Mr le président, vous inspirez la grande forme….

Ecoute, Le Mollah, je n’ai pas de temps à perdre avec les journaleux ; alors dis-moi pourquoi tu es là et qu’on en finisse ! Les services de renseignements m’ont informé que tu viendras me poser des questions par rapport au contenu du journal « Le Sphinx », dont le directeur de publication est ton pote : « Magoussa Adama ».

Pourquoi l’appelez-vous « Magoussa Adama » ?

Parce que ton pote n’a créé son journal que pour m’emmerder d’une part. Et, d’autre part, empêcher que le destin présidentiel de mon Karim s’accomplisse. Voilà tout ! Au lieu d’écrire dans son journal que j’ai gagné  le pari de l’organisation du  27e sommet Afrique-France, il publie les photos de voitures luxes qu’il prête à mon fils. Qui ne possède qu’une vieille Toyota pourrie, acquise grâce à ses indemnités de député.

Donc, le parc de luxueuses voitures, dont les photos ont été publiées par notre estimé confrère, Le Sphinx, n’est qu’une vue de l’esprit ?  

C’est exact, Le Mollah !

Et pourtant, Mr le président, ces photos sont jugées « authentiques » par le public, qui croit en ses informations…

Ce que je ne comprends pas chez ton pote, c’est comment il fait pour tout savoir sur moi et sur ma famille ? Tout se passe comme si « l’arrière – petit-fils de Mamadou Lamine Dramé, grand résistant à la pénétration coloniale » (entendez Adama Dramé, le directeur de publication du journal Sphinx) a bénéficié des pouvoirs occultes de son grand-père. Il sait tout ce que je fais, tout ce que Karim fait, tout ce qui se passe dans ma famille. De jour comme de nuit. Toi qui es son pote, peux-tu me dire comment il sait tout de moi chez moi ?

Non ! Par contre, ce que je peux vous dire, c’est qu’il tient le bon bout de ses informations. Surtout, quand il annonce que le chérif de Nioro a refusé, poliment, le précieux cadeau que vous lui avez fait : une Mercédès blindée de marque Brabus. Vrai ou faux ?

« Magoussa Adama »  va me tuer ! La question n’est plus de savoir si ces informations sont vraies ou fausses ? Mais plutôt, que veut « Magoussa Adama » ? En plus du «  parc  à vélo » de mon fils bien-aimé, il a fourré son nez dans les poubelles du Centre International de Conférence de Bamako où, il annonce le détournement de plusieurs centaines de millions de nos francs, de vrais-faux marchés et de faux-vrais marchés, estimés à plusieurs milliards CFA.

Karim Keïta s’est-il approprié cinq des 40 véhicules blindés,  offerts au Mali par le Royaume d’Arabie Saoudite ?

Comment ton pote a fait pour savoir tout ça ?

Vrai ou faux, Mr le président ?

Je n’en sais rien ! Ce qui est sûr, je vais demander à mes  sept « marabouts », dont il parle dans son journal, de se pencher sur le cas de « Magoussa Adama ». Toi, aussi, Le Mollah, tu es sur la « liste noire ». Toi et ton pote avez intérêt à vous tenir à carreau. Car,  ces sept « marabouts » ont un dénominateur commun, une réputation commune : ils s’appellent tous « kissé kélin fili ».

Propos recueillis
 par Le Mollah Omar

Partager.