IBK : « j’ignorais que les maliens, qui m’ont élu à 77,3 % des voix, m’en veulent au point De s’attaquer a ceux que j’ai de plus chers »

0
171

C’est un IBK triste et amer que nous avons retrouvé dans le salon feutré du Boeing présidentiel. A dix minutes, seulement,  de son  départ pour la France pour, dit-on, une « visite privée », nous nous faufilons entre les membres du protocole et le bataillon de gardes du corps, qui veillent sur lui. Comme le  lait sur le feu. « Le Mollah, mon avion décolle dans 10 minutes. Et je n’ai pas le temps de répondre à tes questions », nous lance-t-il en pointant son doigt dans notre direction. « Juste une question, une seule je le jure ! ». Interviou.

Mr le président, qu’avez-vous ressenti après l’attaque perpétrée contre le domicile de votre belle-famille par des manifestants mécontents du tripatouillage, dont les résultats des communales ont fait l’objet en commune II ?

J’étais peiné, triste et écœuré de voir que les Maliens, qui m’ont élu avec un score sans appel de 77,3 % des voix, m’en veulent au point de s’attaquer à ceux que j’ai de plus chers. Qu’est-ce que ma belle-famille a à avoir dans les communales ? Qu’a-t-elle fait pour mériter ça ? Rien !

Paraît que c’est  votre fils, Karim Keïta, qui était visé par les manifestants ; soupçonné qu’il était d’avoir, en complicité avec la gouverneure du district, tripatouillé les résultats issus des urnes

Est-ce qu’ils ont la preuve évidente que Karim a tripatouillé les résultats ? Même si c’est le cas, je pense qu’il existe d’autres voies de recours, prévues par la loi.

Mr le président, ne croyez-vous pas l’attaque perpétrée le 22 novembre dernier contre votre belle-famille traduit le raz-le bol général de nos concitoyens de voir le nom de Karim associé aux scandales qui ont secoué la République ces trois dernières années ?

Mais Le Mollah, Karim Keïta n’est ni ministre, ni président de la République. Il est député et la fonction de député est encadrée par la loi. Alors pourquoi l’associer à toutes ces affaires, dont la presse est friande ? Pourquoi nos concitoyens voient la main de Karim Keïta partout ?

N’est-il pas temps d’éloigner la famille de la gestion des affaires publiques ?

Sûrement ! Je l’ai toujours fait et je continuerai à le faire.

Mr le président, quelle est la raison de votre visite en France ?

Elle est privée !

Est-ce pour un contrôle médical ?

C’est une visite privée ! Au revoir !
Propos recueillis
 par Le Mollah Omar