IBK : « je n’ai peur de rien ; mais le sit-in devant l’ambassade de France ne doit pas avoir lieu ! »

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.
Les nouvelles en provenance du Nord ne sont pas bonnes. A en croire la presse privée de ….presse, Ménaka serait aux mains de la CMA, soutenue par les djihadistes. Avec, la baraka de Barkhane et de la Minusma. Pour les Maliens, cette énième provocation de la CMA ne doit pas rester impunie. Demain, plusieurs associations de la société civile menacent d’organiser un sit-in devant l’ambassade de France pour exiger le départ de la force Barkhane, accusée à tort ou à raison de soutenir les rebelles touareg.
Préoccupé par cette nouvelle flambée de violence, dans le septentrion malien, le Chef de l’Etat ne sait plus où donner de la tête. Assis entre les deux mains, les traits tirés et les yeux rougis par plusieurs nuits sans sommeil, IBK est, de nouveau, seul face à son destin : que faire pour calmer les Maliens, désormais, au bord de la révolte contre la France ?
Une question, que nous lui poserons au cours de cette interview imaginaire, ou presque, qu’il a bien voulu nous accorder. C’était le week-end dernier, à sa résidence privée de Sébénikoro.

Mr le président, que pensez-vous de la énième provocation de la CMA à Ménaka ?

Je donne, d’abord raison, à tous ceux qui disaient de me méfier des leaders de la CMA, parce qu’ils n’ont pas de parole. Avec la reprise des hostilités avec le GATIA, la veille du redéploiement du MOC à Kidal, la CMA démontre si besoin est qu’elle n’est, nullement, intéressée par l’accord de paix qu’elle a signé devant Dieu et les hommes.

Quelle sera votre réponse, face à cette provocation ?

Dieu se chargera d’eux, inchallah !

En attendant, qu’allez-vous faire, en tant que président de la République, chef suprême des armées ?

Que puis-je faire ? Mon pays est incapable de s’approvisionner en armes, sans l’accord de la France. J’ai les mains liées dans le dos.

Les Maliens vous avaient pourtant déconseillé de signer l’accord de défense avec la France ; mais vous l’avez fait en leur cachant certaines clauses de cet accord.

Qui t’a dit ça ? Je vais porter plainte contre ton journal pour « diffamation » et outrage à Chef d’Etat élu à 77 %.

Mr le président, n’est-il pas temps de changer de fusil d’épaule avec ces éternels rebelles, qui peinent à rentrer dans le processus de paix ?

Suis d’accord avec vous !

Qu’entendez-vous faire dans les jours à venir pour sortir notre pays de cette situation ?

J’attends les instructions du président Macron pour agir ! Vous ne le savez, peut-être pas, mais sans la France je ne peux rien faire.

Mr le président, que pouvez-vous attendre de ce pays, qui soutient les rebelles touareg au vu et au su de tous les Maliens ?

Nous en attendons beaucoup !

Pourquoi, Mr le président, vous avez du mal à vous soustraire de la tutelle française ?

Vous êtes trop jeune  pour comprendre les subtilités de la diplomatie.

Plusieurs jeunes, issus de diverses associations de la société civile menacent d’organiser un sit-in, jeudi prochain, devant l’ambassade de France pour réclamer le départ de la Force Barkhane et celle de la Minusma. Qu’en pensez-vous ?

Ce n’est pas possible ! Je vais tout faire pour les en empêcher. Si je les laisse faire, ils vont me brouiller avec l’Elysée. Ce qui est hors de question.

Pourquoi, dès qu’on accuse la France d’être derrière certaines attaques orchestrées par la CMA, vous balayez tout d’un revers de la main ?

Pourquoi accusez-vous, à chaque fois, ce pays ami du Mali, qui ne nous veut que du bien ?

En œuvrant, chaque jour, pour la partition de notre pays ?

Je n’accepterai pas que vous parliez ainsi de la France sous mon toit !

Mr le président, vous risquez de donner raison à ceux qui vous accusent d’avoir la nationalité française et donc, d’agir comme le veut la France au détriment du Mali…..

C’est notre problème ! Je fais ce que je juge bon pour mon pays.

De quel pays parlez-vous ? Le Mali ou la France ?

C’est quelle question ça ? Sortez de chez moi ! Sécurité, mettez ces énergumènes dehors. Qu’ils n’entrent plus dans mon palais jusqu’à nouvel ordre. Maudit journaliste ! Au lieu de me remonter le moral, en me posant les bonnes questions susceptibles de remonter ma cote de popularité en chute libre au sein de l’opinion nationale et internationale, tu me poses des questions à la con pour faire grimper ma tension artérielle……
Jetez-le dehors et que je ne vois plus sa gueule de journaliste dans le quartier !

Propos recueillis
par Le Mollah Omar  
Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Les commentaires sont fermés.