IBK : « avec son ultimatum, la plateforme an te a bana a commis l’erreur qui causera sa perte ! »

0
17

Les traits tirés,  nerveux,  et les yeux rouges, la nuit semble avoir été courte par le Chef de l’Etat. Face à un plat de haricot, décoré avec du « frontobani » et de zestes de persil, IBK manque, visiblement, d’appétit. Une cuillère argentée dans une main et, dans l’autre, un couteau, il peine à avaler sa première bouchée. L’ultimatum, à lui, lancé par la Plateforme « An Tè A Bana, touche pas à ma constitution » serait-il passé par là ? Une certitude : l’atmosphère est morose à la résidence présidentielle où nous avons été reçu, le week-end dernier, pour l’hebdomadaire interview imaginaire. Ou presque.

Mr le président, il paraît que vous avez reçu Ras Bath, en même temps que les autres leaders de la Plateforme « An Tè A Bana Touche pas à ma constitution ». Peut-on savoir ce que vous vous êtes dits ?

Non !

Vous l’avez reçu sans lui dire quoi que ce soit ?

Possible !

Ras Bath vous a –t-il dit, au moins, bonjour ?

Non !

Comment est-ce possible ?

Il m’a juste tendu la main, le regard masqué derrière ses lunettes noires. C’est la preuve qu’il ne m’aime pas, le Rasta. Mais qu’importe ! Qu’il m’apprécie ou pas, c’est moi le président de la République. C’est moi le patron, celui qui décide de qui doit respirer ou pas ; de qui doit manger ou pas ; de qui doit parler ou pas…..
C’est moi le président de la Rue publique, Chef de l’Etat, président du conseil des ministres, chef suprême des armées, président du conseil supérieur de la « Magostrature », le « Kankélintigui », l’unique, l’inoxydable….. Je suis l’omnipotent et l’omniscient. Quand je dis « Kou », personne ne doit murmurer « Banankou ». Au risque d’aller le manger à Kidal.

Que pensez-vous de l’ultimatum que la Plateforme « An Tè A Bana Touche pas à ma constitution » vous a lancé ?

C’est la plus grosse erreur qu’elle vient de commettre. Une erreur qui risque d’être fatale à ce mouvement politique, qui  trouble mon sommeil depuis quelques mois. L’appel à la désobéissance civile, qu’elle s’apprête à faire, ne sera pas respecté par les Maliens, plus préoccupés par la recherche du « Nasongho » qu’autre chose.
La Plateforme « An Tè A Bana, touche pas à ma constitution » avait une force indéniable : le soutien des populations, opposées ou non au projet de révision constitutionnelle. Mais nombreux sont ses sympathisants, qui n’ont pas apprécié cet ultimatum. C’est dire que, si les choses continuent ainsi, les jours de la Plateforme « An Tè A Bana » sont comptés.

Cela veut dire, Mr le président, que les prédictions de votre féticheur se sont révélées exactes

Absolument ! Comme sacrifice, il m’avait réclamé une panthère noire, un lion rouge et un hippopotame jaune. Franchement, le bon musulman que je suis ne croit pas trop à ces choses-là. Mais il faut reconnaître, qu’il a prédit que la Plateforme « An Tè A Bana » commettra, tôt ou tard, le geste de trop qui causera sa perte. Et cet ultimatum en est la preuve.

Est-ce qu’un bon musulman, comme vous vous définissez, vous-même, doit se livrer à des sacrifices de panthère, de lion….. C’est condamné par l’islam

Connais-tu, Le Mollah, un seul bon musulman qui refuse, souvent, de faire appel aux ancêtres pour se sortir d’une mauvaise passe ? Il y’en a pas ! Ni au Mali, ni à la Mecque.

Pouvez-vous nous citer quelques noms d’illustres musulmans ou leaders religieux qui, en sortant de la mosquée, s’engouffre dans la case du féticheur pour une raison ou une autre ?

Hey Le Mollah, laisse-moi là ! Et gare à toi, si je lis une seule ligne de tout ça. Je n’ai rien dit et on ne s’est même pas vu, toi et moi. J’ai déjà trop de problèmes à gérer comme ça.

 
Propos recueillis
 par Le Mollah Omar