Goundam: déroulement satisfaisant de l’année scolaire

0
38

Le cercle de Goundam compte 140 structures scolaires sur lesquelles 26 écoles non fonctionnelles, à cause de l’insécurité sévissant dans leurs zones respectives. Selon le Directeur du centre d’animation pédagogique de Goundam, Mahamane Touré, en dépit de l’insécurité et la grève intempestive des syndicats, l’année scolaire 2016-2017 s’est bien déroulée dans les structures scolaires ouvertes.

Depuis l’éclatement de la crise sécuritaire multiforme et multidimensionnelle, beaucoup de contrées, tant au nord que dans le centre du pays, sont affectées par la recrudescence de l’insécurité résiduelle qui aurait causé la fermeture de plusieurs écoles. A l’instar de celles-ci, certaines structures scolaires dans le cercle de Goundam ne font pas exception: sur les 140 écoles, 26 sont fermées. Aux dires de Mahamane Touré, le manque d’enseignants, la détérioration complète des infrastructures scolaires, le déplacement des parents et de leurs enfants aux camps de refugiés, le manque d’eau potable et la présence des bandits armés dans les zones du Tilemsi et l’occupation de certaines écoles par la CMA et la Plateforme sont les véritables raisons de la fermeture de ces écoles. «L’insécurité persiste et cela nous empêche d’exercer toutes nos missions de contrôle pédagogique dans toutes les structures scolaires. On ne peut pas se déplacer dans un petit rayon de Goundam, Tonka et Douekiré et au-delà de ceux-ci, on rentre en zone rouge», a déploré M. Touré. Et d’ajouter que l’école a besoin de secours, de la sécurisation des élèves et des enseignants qui traversent des marées, des cours d’eau, des ruisseaux, sans sécurité aucune et chaque fois, ils sont braqués et délestés de leurs petits moyens et de leurs motos. «Mais cela n’a pu réellement ternir leur image et leur volonté d’aller au travail», a-t-il souligné.

Le satisfecit…

A en croire M. Touré, la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation aurait permis une «nette amélioration» de la situation scolaire dans certaines zones du cercle, contrairement à celle de l’année dernière. «Cette année, la situation scolaire dans mon cercle est satisfaisante malgré l’insécurité résiduelle, nous avons pu prendre des dispositions et stratégies à l’interne pour contrecarrer beaucoup de desseins et nous avons une bonne pensée de l’année scolaire. Malgré les grèves des syndicats, on a pu faire les évaluations normalement, au niveau des 7ème et 8ème, il ne reste que le troisième (3ème) trimestre, qui se déroulera à la dernière semaine  du mois de juin. Pour les 9ème, les évaluations ont été faites de façon normale. On a aussi fini l’épreuve par anticipation, autrement dit, l’éducation physique à temps normal depuis le 20 mai. Nous sommes réellement optimistes, n’en parlons pas à la base, là aussi toutes les évaluations ont pu se dérouler dans un cadre satisfaisant», a-t-il expliqué.
Cette année, l’éducation a été frappée de plein fouet par des grèves intempestives des syndicats, qui, dans certaines écoles ou CAP, ont pu empêcher réellement les évaluations de façon normale. «Nous avons pris des mesures à l’interne en choisissant des directeurs d’écoles pour surveiller les évaluations et les compositions, on a eu l’appui des stagiaires et des bonnes volontés qui, après avoir accompagné les syndicats, ont vu que c’est leur cause et l’intérêt des enfants de leurs frères et sœurs, qui sont en jeu », a affirmé M. Mahamane Touré.

La bonne tenue de l’examen du DEF

«Les préparatifs de l’examen ont commencé depuis le début de l’année. On a mis des enseignants chevronnés dans les classes d’examen et toutes les conditions sont réunies pour une réussite en fin d’année. Goundam a réussi toutes les évaluations», a indiqué le DCAP M. Touré.
Du lundi au mercredi dernier, les examens du Diplôme d’Etude Fondamentale (DEF) ont eu lieu sur toute l’étendue du territoire national. Dans le cercle de Goundam, ils sont 425 candidats inscrits  et 26 candidats libres dans le cercle de Goundam repartis entre 7 centres à savoir: trois (3) centres à Goundam-ville, un (1) centre à Bintagoungou, un (1) à Douekiré, un (1)  à Tonka, dont un centre classique et arabe et un (1) centre à M’Bouna.
Les candidats devaient faire leurs examens dans diverses matières à savoir : rédaction, histoire-géographie, dictée et questions, mathématique, biologie, physique-chimie, Education physique et morale et anglais.
C’est la salle I du centre Ibrahim Alpha Seydou Cissé de Goundam-ville qui a servi de cadre à l’ouverture de l’enveloppe contenant les épreuves de l’examen, à 8heures précises, par le Préfet du cercle de Goundam M. Karim Coulibaly, en présence du Président du Conseil de cercle, M. Talfi Ag Hamma, du 2ème adjoint au maire de la commune, M. Hamadoun Diaouré, du Directeur du centre d’animation Pédagogique, M. Mahamane Touré et du Commandant de brigade. La rédaction était la première épreuve de l’examen avec trois sujets au choix relatifs à la lettre et la narration sur la pénurie d’eau, la salubrité et des conseils à un ami. Des épreuves que les candidats ont trouvées abordables et promettent d’honorer leurs écoles respectives.
Les autorités administratives se sont également rendues dans les deux centres de la ville, à savoir le centre de Haribanda et celui d’Albakary Allimam Cissé, où elles ont appelé les candidats à la sérénité, au respect des règlements et des surveillants.
L’examen du DEF à Goundam-ville s’était déroulé sous la haute surveillance sécuritaire des Famas et de la MINUSMA et sous la supervision de l’inspecteur de l’enseignement supérieur, M. Mahamane Bagna, venu de Mopti pour la circonstance. Aucun incident et aucune fraude ou fuite de sujets n’ont été signalés. Le directeur du centre d’animation pédagogique de Goundam s’est réjoui de la bonne tenue du DEF.
Bonne chance aux candidats!

Par A.M.Bangou dit Ecrivain