Extrémisme : « un mal pernicieux à l’intérieur de nos sociétés »

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le colloque régional sur la radicalisation et l’extrémisme au Sahel co-organisé par la Mission de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel (Misahel) et le G5 Sahel a pris fin, samedi dernier, à l’Hôtel Kempeski. Une conférence de presse a été ensuite animée par le ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale et de l’intégration africaine, Abdoulaye Diop,  le Haut représentant de la Misahel, Pierre Buyoya et le secrétaire permanent du G5 Sahel, El Hadji Najim Mohamed.

Pour le ministre Abdoulaye Diop, aujourd’hui, la lutte contre le terrorisme concerne tous les pays.  « On sait que les groupes terroristes, Boko Haram, Al Qaïda, Al Chebab, Ansar dine sont tous liés. Ils échangent des expériences et travaillent ensemble. » Il a indiqué que les pays doivent adopter des stratégies par rapport à cette question, car, les groupes armés occupent aujourd’hui des territoires et ont même des armées. C’est pourquoi, a-t-il dit, ce genre de colloque où les participants : gouvernements, sociétés civiles, militaires, civils, religieux… viennent de plusieurs pays, est important. Ce qui est aussi pertinent, c’est l’inclusivité de la démarche. « Nous ne pourrons être efficace que si nous travaillons tous ensemble. » Il faut une stratégie régionale, a-t-il assuré.  Le secrétaire permanent du G5 Sahel, El Hadji Najim Mohamed, a soutenu que les seules forces armées et de sécurité ne peuvent combattre le problème de l’extrémisme violent. Il a affirmé : «  c’est un mal pernicieux qui se trouve à l’intérieur même de nos sociétés. » Ila signalé la pauvreté des pays sahéliens soumis à des aléas climatiques et qu’il ne saurait y avoir de sécurité sans développement. C’est pourquoi, a-t-il ajouté, les Etats du G5 Sahel sont arrivés à avoir un partenariat en matière de sécurité. Il a soutenu que les choses ont maintenant changé, dans la mesure où les agresseurs ne peuvent plus occuper des postes pendant longtemps. Il a recommandé l’implication des citoyens dans la lutte contre le terrorisme. El Hadji Najim Mohamed a fait état de plusieurs projets en cours au niveau du G5 Sahel contre la radicalisation.
Pierre Buyoya, Haut représentant de la Misahel, a souligné  que lors du colloque, ils n’ont pas seulement parlé du rôle de Etats , mais qu’ils se sont penchés sur le rôle des religieux et des imams. « La radicalisation exploite beaucoup la manipulation du message religieux », a-t-il ajouté. « On a parlé du rôle des communicateurs, de la société civile, on a aussi parlé du combat de l’Union africaine, des Nations unies, il faut que ce soit le combat de tout le monde », a martelé Pierre Buyoya.
Interrogé sur l’extrémisme religieux, en l’occurrence, sur la tendance religieuse du salafisme, El Hadji Najim Mohamed a expliqué que les érudits ont battu en brèche les dérives salafistes, en expliquant que cette tendance a occulté les 13 principes précédant le  jihad pour en venir directement au jihad. Ila ajouté que les érudits ont souligné, conformément à la tradition prophétique, l’interdiction pour un musulman de combattre un musulman. Il a demandé aux journalistes de faire une meilleure communication sur ce point au lieu de servir de caisse de résonance aux terroristes qui tuent au nom d’une religion qu’ils ne respectent pas.
B.D.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Les commentaires sont fermés.