Douane : les recettes du mois de juin ont franchi la barre des 46 milliards cfa

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

En juin dernier, les recettes douanières ont franchi la barre des 46 milliards CFA. Une première dans l’histoire de la douane malienne.

Plus haut ! Plus fort ! Ces slogans des jeux olympiques peuvent, aussi, s’appliquer à la douane malienne. De 35 milliards CFA, les recettes douanières sont passées, sous l’équipe de l’inspecteur général Modibo Kane Keïta, à 45 milliards CFA par mois. Soit une hausse de près de 10 milliards CFA par mois.

Mais depuis quelques mois, les recettes douanières ont défié toutes les lois de la pesanteur économique. Au lieu de régresser, surtout dans un contexte économique comme le nôtre, marqué par la morosité ambiante et les effets de la crise financière internationale, les recettes douanières n’ont cessé d’augmenter de façon substantielle.

Si, en avril dernier, elles étaient estimées à 45,3 milliards CFA, elles sont passées, le mois suivant(en mai 2016), à 45,7 milliards CFA. Soit une hausse non négligeable de 400 millions CFA.

Mais en juin dernier, surprise sur….. prise : les recettes douanières ont, contre toute attente, atteint 45,9 milliards CFA.

Mais si l’on tient compte de l’ensemble des recouvrements, les recettes du mois de juin dernier sont estimées à 46,2 milliards CFA. Sans « anticipations » ; c’est-à-dire les droits et taxes perçus sur les marchandises n’ayant pas franchi le cordon douanier.

 

Les raisons de cette performance

 

A l’origine de cette performance unique dans les annales de la douane malienne, le management dont l’inspecteur général Modibo Kane Keïta, directeur général des douanes, a fait montre.

De mémoire de douanier, jamais l’homme qu’il faut n’a été à la place qu’il faut que sous l’inspecteur général Modibo Kane Keïta. Nommé début 2015, le nouveau directeur général des douanes s’est fait entourer d’une équipe soudée, prête à tout pour atteindre, voire dépasser les objectifs de recettes, à elle, fixés.

S’y ajoutent des chefs de bureaux triés sur le volet pour leur rigueur ; mais aussi leur technicité. Avec, à la clé, les résultats que l’on sait.

Au premier des bureaux de douane réputés pour leur performance, le Bureau des Produits Pétroliers(BPP). Plus connu sous le nom de « Bureau du Pétrole », il réalise, chaque mois, à lui tout seul, la moitié des recettes de l’ensemble des bureaux de douane réunis. Ses recettes sont passées de 12 milliards à près de 20 milliards CFA par mois.

Soit un excédent de plus de 8 milliards par mois. Certes, la baisse du prix des hydrocarbures à la pompe fait perdre, chaque mois au BPP, la bagatelle de 3 milliards CFA par mois. Mais le « bureau du Pétrole » maintient le cap. A la satisfaction du directeur général des douanes et des partenaires techniques et financiers.

Un seul exemple : l’année dernière, le Bureau des Produits Pétroliers (BPP) avait atteint ses objectifs de recettes dès le mois d’octobre ; c’est-à-dire deux mois avant la fin de l’année. Bref, si à sa nomination, début 2015, à la tête de la douane, nombre de Maliens doutaient de la capacité de l’inspecteur général Modibo Kane Keïta à être à la hauteur de la mission, à lui confiée, ce n’est plus le cas. Il a, non seulement, dépassé les objectifs de recettes qui lui ont été assignés ; mais aussi, permis à l’administration des douanes de redorer son blason.

Et au rythme où vont les choses, nul doute que les objectifs de recettes seront dépassés en décembre prochain. Comme ce fût le cas l’année dernière.

Oumar Babi

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Les commentaires sont fermés.