Crise France-Mali : des citoyens s’expriment !

0

L’allocution du samedi 25 septembre 2021 prononcée par le Premier Ministre, Choguel Kokalla Maïga, à la tribune de l’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU), faisant état de « l’abandon du Mali en plein vol par la France » et l’annonce à peine voilée de l’arrivée du Groupe de mercenaires russes, WAGNER, continue de susciter une véritable levée de boucliers au sein de l’opinion publique malienne notamment. S’agissant de l’affaire de WAGNER et de la tension entre Paris et Bamako, des Maliens s’expriment à L’Aube. Reportage.

Abdoulaye Kamissoko : «  je suis d’ accord avec Choguel… »

« Moi je pense que pour l’arrivée du Groupe WAGNER, la France veut nous faire chanter seulement puisqu’ils estiment que leurs intérêts sont menacés. Certes, WAGNER est un Groupe paramilitaire privé russe composé des Agents mercenaires. Mais, l’Armée légionnaire française aussi n’est pas une force militaire régulière comme le pensent les novices. Elle est un creuset soldatesque de plusieurs Nationalités étrangères. Donc, la France a des mercenaires au sein de contingents déployés dans le Nord Mali face aux terroristes. Ce qui signifie pour WAGNER et les Légionnaires français sont des groupes de mercenaires.

Pour ce qui concerne les tensions entre Bamako et Paris, ça ne vaut pas un coup de cidre. Au fond, il faut préserver l’essentiel, la coopération franco-malienne sur tous les plans. Juste, il faut revoir la forme de cette coopération bilatérale. Principalement, dans les domaines économique, technique, culturel, sécuritaire et militaire. Cette coopération doit être maintenue mais sous une nouvelle version plus adaptée aux réalités du moment et en fonction des besoins réciproques de nos Etats. N’oublions pas, par exemple, l’intervention des troupes françaises en 2013 qui a été, certes, salutaire. Seulement, c’est du fait d’avoir empêché nos FAMA d’entrer à Kidal qui a été une erreur inoubliable du côté des troupes françaises. Les Français le savent bien, si le jour où Général De Gaulle a libéré leur pays il avait été interdit à l’Armée française d’entrer à Nice ou à Marseille ou à Strasbourg est-ce qu’on allait se crier France libre ? Mais, malgré tout, moi je suis pour le maintien de la coopération entre nos deux pays. Surtout que les Soldats français continuent de sacrifier pour nous dans le Sahel. Bref, tout n’est pas négatif seulement je suggère qu’il y ait un dialogue franc, responsable, un partenariat « gagnant-gagnant » et concluant entre Paris et Bamako en lieu et place de cette guerre de communiqués. Quelque part, je suis d’accord avec Choguel en affirmant la souveraineté de notre pays. Par contre, je déplore le fait que la France a cautionné le coup d’Etat militaire contre le Régime d’ATT notamment ; car, c’est ce qui a plongé le Mali dans l’actuelle crise perpétuelle ».

Mme Samaké Oumou Sylla, Comptable : « Il faut dialoguer … »

« Moi, je suis pour l’arrivée de la Russie. Précisément du Groupe WAGNER. En tout cas, même s’il s’agit des mercenaires si ceux-là pourront permettre de finir pour de bon avec cette de terrorisme, j’applaudirais des deux mains à leur arrivée. Car, il fait combien d’années depuis que ces troupes françaises et des autres pays mais la crise ne fait que de s’aggraver et gagner toutes les autres Régions et localités de notre pays. Donc, pour nous, l’essentiel est de libérer notre pays et faire arrêter ces attaques meurtrières des terroristes dans notre pays.

Pour les brouilles entre Paris et Bamako, vraiment ce n’est pas intéressant de la part des Autorités des deux pays. Il faut simplement dialoguer, discuter par voie diplomatique et trouver solution à leur mésentente. Nous les Maliens, nous devons savoir que la passion n’arrange rien ; mais il faut réagir avec raison. Donc, pour moi, il faut maintenir la coopération du Mali avec la France. Parce que si arrête la coopération ou le partenariat avec Paris ça ne va pas être facile pour nous au plan économique, diplomatique, sécuritaire, etc. Car, dans tous ces secteurs, il y a de partenariat entre les deux pays ».

Ibrahima Diallo, Tailleur : « WAGNER ne fera que de compliquer… »

« D’abord, pour la tension entre L’ELYSEE et Koulouba, pour moi ce ne sont que des histoires, des déclarations par presse interposée inutiles, sans intérêts réels ; car, ce n’est qu’une question politico-géostratégique, une question d’intérêts de Régime de Part et d’autre. Pour le maintien ou le retrait anticipé des troupes françaises, les gens ne se focalisent sur la France ; or, la France c’est aussi l’ONU, une partie importante de la Communauté internationale. Toutes sont venues au Mali à la demande officielle du Mali.

Ensuite, pour le cas du groupe WAGNER ne fera que de compliquer la lutte contre le terrorisme, d’aggraver la crise malienne ; car, ce sont des mercenaires qu’il s’agit ici. En principe, les Maliens ne doivent pas oublier qu’un mercenaire est et restera toujours mercenaire. C’est clair, un groupe de mercenaires n’a jamais du bon dans ses missions ou opérations. Et ce qui est plus important encore, c’est que même la Russie s’est toujours déclarée désengagée officiellement dans la gestion du dossier de ces mercenaires pour tout cas de bavures sur le terrain. Ce qui aurait dû permettre à nous les Maliens de réfléchir murement avant d’introduire ces gens dans notre pays ».

Djafar Thiam, Communicant-Chercheur spirituel : « … Ce sont des questions d’intérêts géostratégiques »

« Pour l’arrivée du Groupe WAGNER, je m’en tiens aux déclarations officielles. Surtout que le Premier Ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, a dit que le Gouvernement fera un communiqué au cas où il y aura la signature de l’Accord avec ce groupe russe. De ce fait, il ne doit pas être question de gérer des rumeurs ou des humeurs. Bref, c’est une bonne guerre de communications entre les grandes puissances occidentales et le camp Russie-Chine-Turquie-Iran pour des questions d’intérêts géostratégiques. C’est ce cadre qu’aujourd’hui, tous ces pays veulent être chez nous ici, au Mali, pour avoir l’œil gardé sur l’Afrique de l’Ouest.

En tout état de cause, chercher à avoir des partenaires autres que ceux de l’Occident n’est pas un crime en soi. Sur tout que les objectifs visés dans la lutte contre le terrorisme ne sont pas atteints.

Relatif aux fâcheries entre Bamako et Paris, comme je l’avais dit sur les antennes de la chaîne N’DAAR-tv, pour moi, en tant qu’Analyste, il faut opter pour le bon sens. Le Président français, Emanuel MACRON, dans ses dérives verbales, sort du cadre de son statut pour se livrer à des déclarations inadaptées. Mais, à mon avis, cela est dû à l’approche des élections françaises afin que la Gauche soit au rendez-vous des débats.

Cependant, avec tous ces morts, cela ne plaide pas pour la réussite de la lutte contre le terrorisme. Combat autour duquel il y a de zones d’ombre. A savoir des soupçons de coalition avec les Groupes sécessionnistes. Pour moi, cette parenthèse est une querelle de ménage que le Mali doit gérer avec sang-froid. C’est-à-dire, il faut revenir à la raison au lieu d’entretenir cette tension. Surtout est-il que le WAGNER est à l’origine de tous ces agissements des Français.

Au passage, il faudra ajouter qu’à la faveur du 28e Sommet France-Afrique, déroulé ce vendredi 8 octobre 2021, à Montpelier, dans le Sud de la France, Archille Mbembe (Théoricien du Post-colonialisme et Politologue camerounais) a donné des leçons et pistes de secours à la France afin d’éviter une rupture totale avec un continent qui, au plan culturel et historique, a beaucoup contribué à la libération française. Donc, le Président MACRON, qui est des jeunes Générations, n’est rien de la donne critique. A l’instar des autres pas d’Afrique, le Mali doit entrevoir des relations opérationnelles positives ».

Arouna Coulibaly, Journaliste : « il faut maintenir le partenariat bilatéral… »

« Quant à moi, je suis pour l’arrivée du Groupe WAGNER vu l’aggravation et la persistance de la crise sécuritaire dans les Régions du Nord et du Centre du pays. Surtout qu’il fait huit (8) ans maintenant depuis l’arrivée dans notre pays de toute cette armada de troupes étrangères battant pavillon ONU et SERVAL/BARKHANE rien n’a changé en termes de bilan de la lutte contre le terrorisme. Donc, si avec ces mercenaires russes le Mali peut retrouver sa stabilité, moi, je suis d’accord.

Par rapport aux tensions entre Paris et Bamako, je suggère de privilégier le dialogue, les négociations par voie diplomatique afin de préserver les liens de coopération entre les deux Etats. Bien entendu, je suis contre la politique française d’Afrique. Donc, il faut maintenir le partenariat bilatéral sur des nouvelles bases au lieu rester sur le statuquo frisant le système de paternalisme tant décrié et devenu improductif ».

Réalisé par Djankourou      

Source : L’Aube

Partager.

Publier un commentaire