Bamako: Après le passage des bulldozers d’Amie Kane, le règne des ordures dans la capitale

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

« La colère des déchets à Bamako». Ce n’est pas encore le titre d’un film de Souleymane Cissé, le célèbre réalisateur malien, mais ça pourrait l’être. Très bientôt. Car, la ville des trois Caïmans a, depuis longtemps, perdu sa coquetterie. Et, avec l’opération de déguerpissement des voies publiques, un nouveau cap est franchi. Les déchets envahissent la ville. Littéralement.

La Gouverneure du district de Bamako a donné samedi dernier le coup d’envoi d’une campagne d’assainissement et de reboisement des espaces déguerpis. C’était aux alentours du cimetière de Niaréla en Commune II du district de Bamako, là, où a débuté l’opération de déguerpissement quelques semaines plus tôt. Mais la tache est si immense et le délai si court d’ici le Sommet Afrique France que le chantier d’Ami Kane ressemble aux douze travaux d’Hercule.  Au grand marché de Bamako, les déchets s’accumulent et empêchent la circulation. La voie traversant le grand marché de la capitale malienne est transformée en dépotoir à ciel ouvert. Les commerçants mécontents et les riverains y déversent leurs ordures au vu et au su de tous.  Même les efforts conjugués des services de voirie de la mairie du district et d’Ozone Mali ne parviennent pas, jusque là, à assainir ce tronçon routier. La circulation y est constamment perturbée, les embouteillages y sont légion car une partie de la voie dans le marché Dabanani est réservée aux déchets.  C’est dans ce scénario digne d’un film hollywoodien où les déchets prennent le contrôle de la cité, qu’Abdou Karim Daou, un commerçant du grand marché, victime des déchets s’exprime: «Ça fait une semaine que les gens ont commencé à déverser les déchets ici. Ça augmente chaque jour. Les odeurs nous fatiguent. Certains clients rebroussent chemin à la vue de ces déchets».
A ce ‘’grand incivisme’’ dans le grand marché, s’ajoute celui dans les ruelles de quartier. La palme de cet ‘’ incivisme de quartier ’’ est attribuée à la Commune II. Majoritairement constituée de familles dites fondatrices de Bamako et avec pour députés le fils du président de la République et le puissant Hadi Niangadou alias Joe Walaki, les populations de la commune II du district de Bamako ne se gênent plus pour déverser les ordures dans la rue. Ce, depuis le mouvement d’humeur que l’on peut appeler ‘’la révolution des déchets’’, le 26 août 2014. Aujourd’hui encore, les déchets sont déposés le long du goudron dans cette commune. Personne n’ose lever la voix contre.  Pour assainir la capitale malienne, la Gouverneure Ami Kane devra aussi faire face à certaines croyances. Des déchets issus de médicaments traditionnels composés de feuilles, d’écorces et de racines des plantes sont déversés dans les carrefours et autres points de rencontres par les chasseurs de fortune et autres malades. Et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Car, des centaines de kilo de ces déchets sont aussi déversés dans le fleuve Djoliba.
Mamadou TOGOLA

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Les commentaires sont fermés.