Assemblée nationale – Journal ‘’Figaro du Mali’’ : L’audience renvoyée au 22 mars !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

C’est mercredi dernier, que s’est ouvert, au tribunal de la commune I, le procès opposant Issiaka Sidibé, président de l’Assemblée nationale et sa secrétaire, Djénéba Coulibaly, à Ammy Baba Cissé, directeur de publication du journal Figaro du Mali.

L’audience de fixation de consignation a eu lieu mercredi dernier. Pour chaque partie, il s’agissait, avant tout, de ne pas se laisser intimider par l’adversaire. C’est du moins, le constat qui se dégage du premier round d’un face-à-face où chaque partie entend défendre son honneur.
«On veut en faire un procès exemplaire, alors nous exigeons un procès exemplaire». Pour Me Alassane Diop, avocat d’Ammy Baba Cissé, il n’y a pas de doute, le dispositif impressionnant de sécurité et la présence des gardes armés dans la salle d’audience prouve le caractère spécial du procès. «L’inscription de la seule affaire au rôle des audiences du tribunal en fait une affaire spéciale», indique-t-il. Et d’ajouter: «les hommes en armes, c’est impressionnant pour nous, même pour l’avocat que je suis».
Par cet argumentaire, l’avocat du journaliste s’opposait à la partie adverse. Car Me Baber Gano et Me Maliki Djibrila se croyaient dans leur bon droit, en demandant, initialement, 5000 Fcfa comme montant  de la consignation avant de passer à 15 000 FCFA pour chacun de leur client. Face à eux, Me Alassane Diop n’entend pas les choses de cette oreille. Pour lui, c’est au tribunal, et au tribunal seul, de fixer le montant de la consignation. Mais puisque les avocats de la partie civile s’y prennent de cette façon, il réclame 10 millions FCFA pour chaque plaignant, compte tenu de leur qualité. Après 15 minutes de suspension, le tribunal fixe la consignation à deux millions pour l’Assemblée Nationale, un million pour Issiaka Sidibé et 200 000 F pour sa secrétaire.
Selon les explications de Me Alassane Diop, dans le cadre d’une procédure de citation directe, c’est-à-dire de contournement de l’assistance du parquet pour l’instruction d’un dossier, la loi indique que la partie civile est tenue de payer une consignation. Dans le cas d’espèce, la consignation sert à couvrir les frais de procédure. C’est aussi une garantie dans l’éventualité d’une condamnation. Elle tient compte du revenu des plaignants.
L’audience a été renvoyée au 22 mars prochain, devant la chambre correctionnelle.

Mamadou TOGOLA

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Partager.

Les commentaires sont fermés.