Affaire des 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali : Des Organisations de la société civile invitent les autorités malienne et ivoirienne au dialogue

0

Dans son rapport hebdomadaire du 22 au 28 août 2022, la Mission d’Observation Des Élections au Mali – MODELE Mali (Un dispositif d’observation électorale mis en place par la Synergie 22, comprenant 43 organisations de la société civile malienne), dirigée par Dr. Ibrahima Sangho, recommande aux autorités de la transition de privilégier le consensus et le respect des textes dans le processus de désignation des représentants des partis politiques et de la société civile au Collège de l’AIGE (Autorité Indépendante de Gestion des Elections); de poursuivre le dialogue avec les autorités ivoiriennes en vue de la libération des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali; et de poursuivre les efforts de sécurisation des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national.

Concernant l’affaire des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali, la MODELE Mali, dont Abdoulaye Guindo est le chef par intérim, informe l’opinion publique que le 23 août 2022, une importante délégation de 32 membres, composée de représentants des Maliens résidant en Côte d’Ivoire et de dignitaires religieux, a rencontré Ousmane Chérif Madani Haïdara, Président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM), pour pouvoir leur libération. Avant d’ajouter que le mardi 23 août 2022, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), conformément à son mandat, a rendu visite aux militaires ivoiriens détenus.

Ainsi, le MODELE Mali adresse et réitère à l’endroit des autorités de la Transition, les recommandations suivantes : privilégier le consensus et le respect des textes dans le processus de désignation des représentants des partis politiques et de la société civile au Collège de l’AIGE ; poursuivre le dialogue avec les autorités ivoiriennes en vue de la libération des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali ; la poursuite des efforts de sécurisation des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire national.

A signaler que le 10 août dernier, les autorités judiciaires maliennes ont inculpé et placé sous mandat de dépôt, les 49 militaires ivoiriens pour « des faits de crimes d’association de malfaiteurs, d’attentat et complot contre le gouvernement, d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État, de détention, de port et de transport d’armes de guerre et de complicité de ces crimes ». Faut-il le rappeler, le 10 juillet 2022, 49 soldats ivoiriens ont été arrêtés à l’aéroport de Bamako et signalés comme des mercenaires par les autorités maliennes. Une accusation que rejette Abidjan (Côte d’Ivoire) qui demande « sans délai », leur libération, soutenant que ce sont des éléments de soutien à la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali), même si selon le porte-parole adjoint de l’ONU (Organisation des Nations Unies) Farhan Haq, les éléments interpellés « n’apparaissent pas formellement partie de la Minusma ».

Aguibou Sogodogo soutenant que ce sont des éléments de soutien à la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali), même si selon le porte-parole adjoint de l’ONU (Organisation des Nations Unies) Farhan Haq, les éléments interpellés ” ne devient pas formellement partie de la Minusma ».

Aguibou Sogodogo soutenant que ce sont des éléments de soutien à la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali), même si selon le porte-parole adjoint de l’ONU (Organisation des Nations Unies) Farhan Haq, les éléments interpellés ” ne devient pas formellement partie de la Minusma ».

Aguibou Sogodogo

Source:Le Républicain

Partager.